Jared Gradinger

Performer of the Year 2011 Tanz Magazine

'When Jared Gradinger careers across the stage of Berlin’s Schaubühne with his oven gloves aflame, undecided whether it is just a minor BBQ mishap or the start of a painful death, we see the quintessence of what this muscular American dancer is all about: performing slapstick with such deadly seriousness that laughter rises up like a grand protest against our safety obsessed society. A technically superb dancer, he adorns his art with just the right degree of powerful virtuoso interludes, albeit as incidentally as possible. Together with musician Claus Erbskorn and choreographer Constanza Macras, (the BBQ scene is from their "Brickland"), Jared Gradinger co-founded the company Dorky Park. It is fair to say that this formation, associated with Angela Schubot and Two Fish, the Gutestun collective, Jill Emerson and a number of others, constitutes the dancing heart of Berlin. The most vital impetus on the scene comes from here before reappearing in changing groups and venues. The after-show party is taking place in Bordeaux, though, instead of Berlin. That is where Gradinger is organising the festival Les Grandes Traversées under the title "How Do You Are". As the name suggests, Jared Gradinger is not alone and he doesn’t want to be; the future lies in the network and he is the thread.'
Arnd Wesemann 2010 February

'Nehmen wir nur ihren Gastgeber in Bordeaux, Jared Gradinger. Er hat nie eine Tanzausbildung genossen, ist aber in den Stücken von Constanza Macras ihr bester Tänzer. Ein Kraftbündel, ein Original – so ist man doch geneigt zu sagen. Kann so einer Tanzkünstler sein?'
Thomas Hahn Ballet Tanz 2009 May

'Ainda que se defina tanto quer como actor quer como contador de histórias, Faustin Linyekula é o representante máximo da nova geração de coreógrafos do continente negro. Cidadãos do mundo, ecléticos e prolíficos no seu trabalho de criação, mantêm-se profundamente ligados, às suas regiões, às suas aldeias. Eles cavalgam nas clivagens culturais mas mantêm-se fiéis às suas raízes, tal como na Europa Josef Nadj regressa em cada ano à sua vila natal em Voijvodine, ou se implica em permanência na vida cultural.Linyekula tem, sem dúvida, menos coisas em comum com uma grande senhora da dança africana como Irène Tassembedo, que com um performer transdisciplinar como Jared Gradinger. Este cidadão do mundo, americano de origem, mas trabalhando em Berlim, não cessa de cruzar as suas visões com as dos seus cúmplices artísticos de todos os continentes, num universo onde tudo parece possível. Estes artistas “trans”, antidisciplinares, procuram a justa medida, cada vez diferente, para cada um dos seus projectos, sem recorrer aos apelos dos géneros.'
texto Thomas Hahn
www.revistaobscena.com

What they are instead of

It's rare to see theater that pays off to this extent. „What they are instead of“ undertakes the desperate quest for a loophole into a paradise lost.
Leipziger Volkszeitung, 10.05.20010

Two bodies, glued together, spooning – standing, heavy breathing, wheezing and panting. For fifty minutes they pass through all thinkable poses and positions in their motion study “What They are Instead of”: standing, sitting, lying, kneeling, cowering on the floor, intertwined with each other, as if breathing with the same lungs. They seem to be moved by remote control or external forces, moving together, next to the other, on, over, under and through each other. Rubbing, beating and pressing their bodies together. Their heavy breathing evokes mostly sexual but also tender moments, latently violent and certainly comic; their togetherness provokes exhaustion. The body is obviously made of flesh and blood, sweat, tears and other secretions – it is not a product of culture but a natural phenomenon. Beauty, form, elegance: these criteria do not come into play here. Instead we see the antithesis of what dance normally aspires to: to lift off the ground, to raise above the earth, the dirt, the ugly reality of bodies, the animalistic.
While classic dance is an effort to transcend/forget it's physical origin, Schubot and Gradinger put their emphasis on exactly this physical component. Their exhaustion through art strives to expose the dancers’ physique. At the end, the physical exhaustion is also felt by the audience - and we realize the grandeur and power of the duet that manages to cause such an assimilation.
Tagesspiegel from 06.03.2010

"The solid limitation of the human body is gruesome" Franz Kafka wrote in his diary. In their piece "What They Are Instead Of", conclusion of this years "Transport Festival", Jared Gradinger and Angela Schubot try to dissolve these individual body limits through an unconditional abandonment to the other. In glaringly bright light, they stand one behind the other against the wall. They start to breath heavily in the same rhythm. Accompanied by their synchronous rising and falling wheeze, they greedily intertwine and link their bodies, push the other away with their feet, only to become wedged together anew, in a long abstract coitus. He is on all fours with her on his back, swaying her body with his breathing. They fling the other over the floor, turn their back on the other, continuously linked by their breath. They straighten up and fight against each other, like young animals testing their strength. Caresses turn into brutal wrestling. Each of them is fighting for the individual pleasure, until they finally let go, staring into emptiness when they wake up as strangers. Like in the beginning, they lean against the wall, before the melody of heavy breathing starts again and the ballet of desire repeats itself. But no matter how they turn and toss, no one can escape their skin, the prison of their own Ego.
It is the consequent reduction to the minimum that gives Schubot and Gradinger's dance duet its unsettling power. 'What they are instead of' exposes the motion structure of love making and thus demonstrates in an almost painful way, the radical egocentricity in any sexual union. The impossibility of all desire to merge.
Süddeutsche Zeitung, 22.05.10

from Cantarctica by Andres Montes

Jared Gradinger and Angela Schubot present an interesting project in which we may read an exploration on identity directly through its opposite representation. It confronts us to the endeavor of one in an attempt to agglutinate—literally, to another and, with this, try to become a perfect unity. Is the attempt of two to become a perfect One. Two putting the self aside so that the idea of We can exist, but not We as made by two, but a clear intention to fuse into the other to become one. An intended negligence of the Self… Most of this experiment is done through rhythmical breathing and a constant struggle, an impossible fight.
Jared Gradinger was born and raised in Rochester, New York and has been based in Berlin since 2002 when he worked for the first time with Constanza Macras on Mir 3, A Love Story. He is a founding member of Constanza Macras/Dorky Park with whom he has created numerous pieces.
Angela Schubot studied in Berlin and is co-founder of Two Fish with Martin Clausen (since 2000). This group has produced more than 10 dance/theatre pieces, which were and are presented across Germany and abroad.
The piece “What they are instead of” was elected to be presented February 2010 Nürnberg selected in the Tanzplattform Deutschland 2010 Theater Mummpitz
Andres Montes
Cantartica

HOW DO YOU ARE
Click to download How Do You Are Press Packet

'A Bordeaux, les Grandes Traversées continuent de se réinventer et de rechercher de nouvelles formes de partage de l’expérience artistique. A travers la personnalité du performer new-yorkais Jared Gradinger, c’est la ville de Berlin qui investit, deux jours durant, trois lieux de la cité girondine, invitant à terminer l’année par une traversée des apparences joyeusement indisciplinaire.

Emblématique de cette mutation est la personnalité de Jared Gradinger, « MC » de cette édition, et à travers lui la ville de Berlin, où ce performer new-yorkais a élu domicile comme bon nombre d’artistes de tous les pays, et dont sont issues la plupart des propositions artistiques de cette édition 2009. Cosmopolite et polyglotte, la communauté artistique qui est en train de s’y constituer, et d’y développer une nouvelle forme d’échange artistique, peut-être plus « équitable », a en effet permis la prolifération d’un nouvelle forme d’espéranto dont témoigne le titre de cette édition : « How do you are ? » Dans cette interrogation (adressée un jour à Gradinger par un ami artiste argentin), la maladresse, l’incorrection grammaticale se parent instantanément de vertus poétiques, pour ne pas dire métaphysiques : à travers elle, Gradinger dit ainsi vouloir inviter les spectateurs et les artistes à « oser communiquer, [à] ne pas avoir peur d’être incompris aussi bien à travers les gestes, les mots, les concepts, les images, les couleurs et les sons. »

Car cet espéranto qui a cours dans la capitale allemande est aussi un espéranto artistique : ni un amphigouri, ni un « plus petit dénominateur commun », plutôt une manière ouverte d’aborder la multiplicités des langages artistiques et des registres esthétiques. Issus de tous les horizons géographiques et de tous les champs de la création artistiques, les artistes qui s’y croisent ont aussi en commun un « désir » et un « besoin d’être entendus », et, conséquemment (du fait aussi de la précarité financière dans laquelle ils œuvrent généralement), une manière décomplexée d’aborder la création, autant d’ailleurs que leur statut de créateurs. C’est avec une sorte de nouvelle naïveté qu’ils s’approprient les moyens techniques (d’une richesse sans précédent) mis aujourd’hui à leur disposition, et qu’ils n’hésitent pas à arraisonner d’autres « disciplines » que la leur, en se jouant des taxinomies. Tous les artistes invités à tenir la barre de ces Grandes Traversées sont un peu à l’image de la personnalité de Jared Gradinger : « un danseur qui n’a jamais appris ce métier ; […] un chorégraphe qui n’a montré que très peu de pièces ; […] un homme de théâtre qui n’en fait plus », comme le dit Eric Bernard, mais surtout quelqu’un qui « excelle dans tout ce qu’il fait ; aussi bien dans le champ esthétique que dans sa capacité à être au centre d’une communauté agissante et en perpétuel mouvement ». Une attitude qui fait songer aux Geniale Dilettante, les « dilettantes géniaux », ce mouvement né dans le Berlin-Ouest de l’après-punk sous l’égide du groupe de musique industrielle Einstürzende Neubauten, unis par une même conception à la fois spontanée et partageuse, empirique et performative de l’art (avec un petit « a ») : décidément, Berlin semble bien être la patrie des artistes explorateurs, des mouvements artistiques où ce qui compte, ce n’est pas tant l’art que le mouvement (celui qui y mène, celui qu’il provoque). Et cela que les Grandes Traversées semblent rechercher avant tout chez leurs invités (qu’ils soient acteur ou spectateurs) : cette façon de considérer les disciplines comme des « boîtes à outils », des dispositifs modulables et mobiles que l’on peut mettre en commun à loisir ; cette curiosité qui traduit avant tout une envie de communiquer.

Difficile d’isoler une proposition ou une personnalité parmi la quarantaine au menu de « How do you are ? », réparties sur deux soirées (l’une consacrée à la danse, l’autre à la musique) dans le cadre magnifique de la Base sous-marine de Bordeaux, et sur une longue journée – au CAPC et à l’excellente galerie Cortex Athletico, le 31 décembre – au cours de laquelle se succèderont performances, workshops, rencontres, expositions, « atelier de confection de poupées ». On pourra choisir de se fier à certains titres – Petite histoire du punk argentin (de et par Tatiana Saphir), Edgar (de et par Grayson Millwood et Serpa Soares – photo), le Roadkill des Australiens de Splintergroup… – ou certains noms : la chorégraphe allemande Angela Schubot, les détonantes Japonaises Tenko ou Hanayo (à la galerie Cortex Athletico), ou encore les Allemands Transformer Di Roboter, duo de musiciens apôtres du chaos digital, dont les prestations scéniques feraient passer celles de Pan Sonic pour une soirée lounge. On pourra aussi bien préférer butiner et déambuler à l’envi, en se fiant avant tout à son esprit d’aventure et à sa fibre exploratoire : car ce sont là l'esprit et le sens mêmes des Grandes Traversées – un certain esprit collectif, et un certain sens de la désorientation.'

> Les Grandes Traversées, les 30 et 31 décembre à Bordeaux, Base sous-marine, galerie Cortex Athletico et CAPC (jusqu’au 4 janvier). Tél. 05 56 80 43 61
> Le lundi 29 décembre à 18h30 au Palatium (angle cours Pasteur/cours Victor Hugo), une rencontre animée par David Sanson rassemblera Jared Gradinger, artiste invité de l’édition 2009, le collectif Pictoplasma et Cathy Blisson, journaliste à Télérama, autour de la question : « L’hybridité, caractère de l’art contemporain ? »

David Sanson 2008 December
www.mouvement.net/site.php?rub=3&id=206285

HOW DO YOU ARE BEACH
Click to download How Do You Are Beach Press Packet

Click to Download Strada Magazine

COMPTE RENDU
De Sasha Waltz au street-art
Les Grandes traversées en Aquitaine

'En Aquitaine, les villes de Royan, en juillet, et Bordeaux, en décembre, ont été investies par l’équipe d’artistes-performers de Jared Gradinger, pour le festival d’art contemporain des Grandes Traversées, modifiant de leur regard à la fois souffrant et amusé le paysage urbain. Une nouvelle direction pour le festival, qui jusque-là n’avait jamais laissé le spectacle vivant s’enfuir dans les rues.

Imaginez. Nous sommes au mois de juillet, vous êtes à Royan. Une cité balnéaire bien sous tous rapports, vous y êtes donc en toute innocence. Et vous vous retrouvez subitement « in bed with Knut Berger ». Car il se trouve que Knut Berger - splendide comédien allemand - participe à un festival d'arts contemporains au sens large (Les Grandes Traversées), et plus précisément dans ce cadre, à un obscur « housing project ». On vous a annoncé des performances surprises, rendez-vous dans le lobby d'un hôtel, vous ne vous êtes pas méfié. Et vous voilà conduit vers une chambre, où vous entrez, seul(e), et Knut Berger est là dans son lit, et ils vous ouvre les draps, tapote le matelas à ses côtés, franchement, vous n'avez pas d'autre choix, vous vous allongez. Silence, vaste silence. Longue exhalation du comédien. Raclement de gorges. C'est ce qu'on appelle une intimité plus ou moins forcée. Et puis la conversation part. La vie, l'amour. La famille de notre compagnon de chambre d'hôtel. Sa gaytitude, son coming-out. Et nous ? On veut des enfants ?

Imaginez. Nous sommes en décembre, vous êtes à Bordeaux, ce qui peut arriver aux meilleurs d'entre nous. Vous entrez, en toute innocence, dans un salon de coiffure, certes un brin branché. Et voilà qu'entre le lavage et le séchage, Jill Emerson - splendide comédienne américaine - agrippe un micro dans lequel elle profère une sombre histoire de rage affective dérivant vers l'anthropophagie, éclate en sanglots à l'idée d'avoir « raté » sa performance, puis se met à chanter frénétiquement faisant voler ses cheveux à l'aide d'un séchoir, que votre coiffeur, lui, n'a pas osé mettre en marche.
Avec un peu de chance, vous passez devant une paire de vitrines, derrières lesquelles se trament d'étranges choses. Une compétition chorégraphique à la wii fit dans une galerie d'art contemporain, ou un danseur se dévêtant partiellement dans une laverie automatique tandis que des badauds sans linge sale écoutent via ipods son monologue intérieur. Avec un peu de chance, vous pénétrez dans les salons de la mairie de Bordeaux, où un autre danseur, Nicola Mascia, ex de chez Sasha Waltz, parle littéralement avec son corps, tandis que son complice Matan Zamir remixe des saillies audio de David Lynch, sur la vie et l'image, et l'on en passe...

Ne vous méprenez pas. Ces imaginatifs scénarios ne sont pas nés d'un cerveau de journaliste qui aurait par trop souffert du passage à une nouvelle décennie. Vous auriez - vraiment - pu y assister en 2009, à Royan et Bordeaux. Ils ont été impulsés - et mis en parcours - par une bande d'artistes rassemblés à Berlin autour du performer américain Jared Gradinger, futur ex-comédien-danseur de Constanza Macras. Un tournant inédit dans l'histoire des Grandes Traversées, festival mutant donnant chaque année carte blanche à un artiste. La saison dernière, l'heureux élu était donc le méconnu Jared Gradinger, qui succédait à Sasha Waltz (2003), Angelin Prejlocaj (2004), ou encore Sidi Larbi Cherkaouui (2005), pour n'en citer que quelques-uns.

Arty et populaires à la fois, les Grandes Traversées de Jared Gradinger ont commencé par un réveillon dans l'ancienne base sous-marine allemande de Bordeaux. Elles ont trouvé leur apogée un certain 4 juillet à Royan, puis les 18 et 19 décembre à Bordeaux, à la faveur d'un vaste « Housing-Project ». En français dans le texte, des parcours croisés menant plusieurs poignées de spectateurs de surprises en micro-performances intimes d'une vingtaine de minutes chacune. Avec un peu de chance, quelques poignées de passants « profanes » en ont croisé la route, au détour d'un salon de coiffure, d'une vitrine, ou d'une laverie automatique.

Et c'est ainsi que grâce à une communauté d'artistes méconnus (berlinois d'adoption, d'origines et disciplines diverses), un festival pointu a su aller chercher un public pas forcément initié sur des lieux du quotidien, et leur donner un aperçu de ce que la création d'aujourd'hui pouvait vouloir dire. Et c'est ainsi que ce même festival qui mettait Sasha Waltz à l'honneur en 2003, vire sa cuti, s'apprêtant à flirter avec le street-art plutôt qu'avec le pur « spectacle vivant ». Ca se passera en juillet 2010, sous la direction artistique d'un certain Mark Jenkins. Les « tubes » de Mark Jenkins, ce sont des sculptures faites de ruban d'emballage et vêtues de fringues très actuelles. Corps enfoncés dans des sacs poubelles ou tête plongée dans une fontaine, ses œuvres distillent la perplexité dans la ville. En juillet 2010, ses artistes invités devraient transformer dans le même esprit, et parfois en l'espace d'une nuit, Bordeaux, Royan, et quelques bourgades du Médoc. Drôles de traversées en perspective.'

Les Grandes traversées ont eu lieu les 18 et 19 décembre à Bordeaux.

Crédits photos : Bastien Francoulon.

Cathy Blisson2009 January

HOW DO YOU ARE: There Goes The Neighborhood
Click to download How Do You Are: There Goes The Neighborhood Press Packet

18_328684101503471158612976021812968656107875582722o.jpg
       
18_jaredmic.jpg
       
18_jaredglavitrine.jpg
       
18_jaredshirt.jpg